cropped-CORYS_white_transp_bckgrd_300.png
Search
Close this search box.

Réacteur numérique, on passe aux travaux pratiques !

Voilà un bon moment que le jumeau numérique est un thème à la mode dans les médias et les salons professionnels. Mais avec ce projet Réacteur numérique financé par Boifrance, on entre véritablement dans le vif du sujet ! Aux commandes, trois acteurs majeurs du nucléaire français : EDF, le CEA et Framatome. A leurs côtés, six sociétés – dont CORYS – reconnues pour leur expertise en simulation, visualisation avancée, modélisation temps réel, etc.

L’idée est de faire de la R&D collaborative, souligne Didier Paen, Business developer CORYS et chef de projet d’un lot de travaux du Réacteur Numérique. Nous allons partager des données, rendre des codes interopérables, mutualiser des résultats. C’est une logique d’en reprise étendue, telle qu’elle existe dans l’automobile ou l’aéronautique.

En particulier EDF s’est engagée à mettre à disposition des données du parc des réacteurs français ; une petite révolution culturelle.

S’entrainer sur un modèle de la tranche où on travaille.
Le projet doit donner naissance d’ici 2023 à deux produits innovants. D’abord un réacteur numérique dédié à l’entraînement des opérateurs. Il permettra à ces derniers de visualiser les phénomènes physiques du fonctionnement de tranche et de simuler différentes stratégies de conduite.

L’opérateur travaillera sur un simple PC et non sur un simulateur réplique, indique Didier Paen. Le modèle décrira le fonctionnement d’ensemble de l’installation, mais pas de détail de ses systèmes. En revanche, il sera fidèle à une tranche précise ; c’est un des défis à relever.

Seconde innovation : une plateforme de services de simulation avancée pour les études. Conforme elle aussi à une tranche, elle sera basée sur le couplage de codes multi-échelles qualifiés et couvrira tout le cycle de vie : conception, mise en service, exploitation, maintenance et même déconstruction. Elle se prêtera à une gamme d’études allant du fonctionnement normal à l’accident grave.

Un précédent, les simulateurs SiRENE 900MW et 1300 MW.

CORYS a été retenue, entre autres raisons, grâce à l’expérience acquise sur les simulateurs d’ingénierie SiRENE 900 et 1300 MW développés pour EDF. Ils servent à évaluer l’impact des modifications et recharges de combustible, avec la même exigence de fidélité à la tranche. Pour ce nouveau projet, CORYS aura donc la responsabilité du banc d’intégration dédié à l’exploitation.

Les verrous techniques ?

Interopérabilité des modèles fournis par les partenaires, vérification de la complétude et de la cohérence des données de tranche reçues, réduction des modèles afin de les faire tourner en temps réel, alors qu’ils n’ont pas été conçus pour cet usage.

Le tout sera bien sûr géré avec Alices. Les enjeux du projet sont considérables. Pour les études, gains de productivité et d’agilité, identification des conservatismes de conception, coûts à la baisse. Pour les exploitants, pilotage plus sûr et plus performant et réduction du nombre d’arrêts automatiques. Pour la filière nucléaire, naissance d’une nouvelle offre. Car le Réacteur numérique sera commercialisé, en France et à l’étranger.

L’objectif est de mettre nos expertises au service de l’ensemble du secteur conclut Didier Paen

Choix de la langue

S'inscrire maintenant !

20% off

sale